Portraits personnalisés sujets et animaux

pic_gattone_b.jpgNous sommes allés à faire une entrevue à Arabella Vallone, en art Ara V.

Nous l’avons démandé de ses origines, mais nous sommes réstés embrouillés dans un encheve^trement stupéfiant de descendance de poètes, picteurs et musiciens, du nord du Belgique (Vallone, c’est cela) à peu près, en passant pour la Calabre.

Elle grandit dans une famille des artistes. Son père, Raf Vallone, avec lequel elle a un très beau rapport, le transmit quelques de ses técniques: une synthèse de différentes écoles (par l’Actor’s Studio à celle de John Allen à Santa Fè) et du yoga. Técniques qu’elle puis reprenderà dans son original méthode d’enseignement du chant.

Mais Arabella c’est une rebelle, et à 18 ans elle passe son chemin. Elle est une vagabonde. A’ Londres elle vit en squat, et elle fait bruit dans beaucoup des études discographiques cult, où elle enregistre les prémières chansons. En Italie nous la trouvons entre Milan et Florence, où elle commence à enseigner, et à Rome, où elle fait la dj et elle travaille dans une radio. Après le sud América: Bolivie, Brésil et Perù. Par ces lieus elle tirerà, très vivant, l’expérience du couleur; elle écrit:

“ places colorés où l’essentialité de la communication deviant absolue… les personnes, pendant voyages de ce genre, elles ont visages inoubliables. A’ NY c’est le contraire, tu es avec mille personnes et tu es seul…”.

Ses notes de voyage sont casuels, débordants:

“ J’ai parcouru un an entre Rio et Bahia, Minas Gerais par la terre rouge, puis la Bolivie et Santa Cruz qui était égal à que on voyait en Butch Cassidy avec Paul Newman, et après à pied sur Machupicchu, j’avait seulement un sac à dos et un chapeau de paille…”.

Elle ne s’arre^te pas, et quelque temps après elle se retrouve en Kuwait, d’où elle s’enfuit poursuivie par un émir.

Pubblicata su MAX la foto di Beppe Fiorello ispirata al quadro Flebo di Italianità

Pubblicata su MAX la foto di Beppe Fiorello ispirata al quadro Flebo di Italianità

Le fait c’est que Ara V a décidé de se nier au succés et à la notoriété. Elle préfère vivre sa vie et faire son art.
Ecrit Ivo Bomba d’elle: “ Arabella ne fait pas la chanteuse pour ne risquer pas de devenir fameuse, mais elle chante: elle connait les secrets de la voix humaine et du souffle et elle sait combien elle soit liée à la santé de l’esprit et sa voix est belle comme celle de une sirène.

Ara V élabore un original méthode d’enseignement du chant, et quelques de ses élèves atteindent réputation internationale.

C’est une artiste polyédrique, son charge expressif ne se peut pas contenir dans un seul genre, et, comme arrive quelquefois, un événement fortuit ouvre un nouveau horizon: oblige pour une période dans le lit par une maladie, elle commence à peindre. C’est le début d’un noveau voyage expressif.

Sa peinture est cristalline et dans le me^me temps touchéé: portraits révélateurs et frappants. Le tableau est miroir et porte, le regard devient contact. Un fluxe de matière, érotique peut-e^tre, entre yeux et a^me. C’est pour ce lien, nous croyons, qui n’est jamais facile coinvaincre Ara V à céder une oeuvre ou à faire une exposition, et le savent bien les peu qui l’ont obtenu. Actuellement elle a en cours deux personnelles en Italie. Quelquefois elle se concède, à sa manière, Ainsi, peut arriver que elle fait afficher un tableau sur une colomne dans un marché du quartier, ou bien elle se laisse coinvaicre par nous à exposer quelques de ses oeuvres dans un temple du rock.

Agit Pop – Valeria Rossi